Azurite-Malachite

  • Post author:

J’ai sélectionné pour vous : l’AZURITE-MALACHITE.

Azurite-malachite en gros plan

Azurite-malachite, la pierre traditionnelle des grandes civilisations ancestrales

l’Azurite-Malachite est une pierre magnifique avec un superbe mélange de verts et de bleus. Connue et utilisée depuis des millénaires, on peut dire que c’est une véritable pierre à succès. En effet, les Mayas, les Egyptiens, les Grecs, les Romains…ils l’aimaient tous !

Bon allez, je dois bien vous avouer que moi aussi, je l’adore. J’en ai même offert un magnifique exemplaire à mon épouse pour ses 40 ans. Et mon petit doigt me dit que l’azurite-malachite ne doit pas vous laisser indifférents non plus, amis créateurs.

En réalité, cette pierre combinée d’azurite et de malachite plaît toujours autant à l’époque actuelle. Et comme les gisements produisent peu, alors qu’il y a beaucoup de demandes, les prix grimpent !

Faisons les présentations

Pour être vraiment juste, je dois vous préciser que cette pierre est en fait une roche. C’est-quoi donc la différence me direz-vous ? Et bien par définition, une roche est une pierre composée de plusieurs minéraux distincts. Ainsi, cette roche est principalement constituée d’azurite d’une part, et de malachite d’autre part. Mais ça vous l’aviez sans doute déjà deviné!

Alors bien sûr, vous pouvez acheter de la malachite seule ou de l’azurite seule chez vos fournisseurs. Par contre, dans la nature, c’est une autre histoire. En effet, dans un sol où il y a de la malachite, on retrouve toujours de l’azurite et aussi de la roche d’azurite-malachite à proximité .

Azurite-malachite brut dans sa matrice

Mais comment cela se fait-il qu’on les retrouve toujours ensemble ? Et bien c’est parce que les conditions de formation de ces deux pierres sont communes. Elles sont en fait toutes les deux dérivées du cuivre ! A savoir que chimiquement, la malachite et l’azurite sont même similaires, ce sont des carbonates de cuivre. Donc là où il y aura du cuivre dans le sol, il y aura de fortes chances de trouver de l’azurite, de la malachite et aussi de la superbe azurite-malachite !

Toutefois, je ne vous ai pas encore tout dit puisqu’il existe une autre petite beauté dérivée du cuivre : la chrysocolle. C’est également une pierre avec d’exceptionnelles couleurs bleu-clair dûes à l’oxydation du cuivre. Je vous en parlerai très prochainement, promis!

Azurite-malachite, son histoire

La malachite, depuis l’Égypte ancienne

Les Egyptiens utilisaient la malachite il y a déjà fort longtemps . Alors réduite en poudre, elle servait de maquillage, mais aussi de colorant pour les articles en verre. Et ça remonte à 5 000 ans déjà!

Actuellement, cette pierre est toujours très prisée dans certaines cultures. On peut citer l’exemple de la Russie, où de nombreux gisements existent encore. Là-bas, la malachite est encore très présente et associée aux objets de luxe comme des vases ou des boîtes à bijoux. Vous pourrez même la découvrir sur certains tombeaux. Sans parler des colonnes entières de malachites du musée de l’Ermitage à Saint-Petersbourg !

Colonne de malachite dans le musée de l'ermitage à Saint Petersbourg

L’azurite … à travers l’histoire d’un tableau

L’Azurite, allant du bleu-clair au bleu-nuit, est tellement inspirante qu’elle a même donné son nom à une sublime couleur : le “bleu-azurite”! Alors pour vous faire découvrir un peu mieux cette pierre à la teinte si particulière, j’ai choisi de vous parler peinture, et plus particulièrement d’une fresque de la Renaissance. C’est parti pour un petit tour du côté de l’histoire de l’art.

La fresque de Giotto

C’est vers 1305 que Giotto décore la chapelle de Scrovegni, à Padou. Plus précisément, il a pour mission d’orner l’ensemble de l’édifice de fresques. Et pour mener à bien cet ambitieux projet, le peintre met l’accent sur la couleur bleue. Une oeuvre grandiose et exceptionnelle qui attira tant de visiteurs qu’elle suscita colère et jalousie de la part des moines de l’église voisine!

fresque de Giotto les lamentations du Christ

Mais, pourquoi vous parler peinture de la Renaissance dans un blog consacré à la gemmologie me direz-vous? Et bien, même si je suppose que vous êtes sensibles à l’art chers amis créateurs, ce n’est pas la motivation première, c’est vrai. C’est pourquoi je vous propose de regarder maintenant la fresque de Giotto d’un peu plus près.

Alors oui, il y a du bleu, beaucoup de bleu, beau et intense. MAIS il y a par endroits une altération de la couleur. Et si vous avez de très bons yeux, vous verrez même que le bleu, par endroit, tire sur le vert. Ca y est, vous avez vu?

Alors que s’est-il passé ? Tout simplement une réaction chimique! A savoir que pour réaliser cette fresque et obtenir ce bleu si spécial, Giotto a utilisé de la poudre de pierres en guise de pigments.

Une peinture bleue d’origine minérale

En effet, à cette époque, la couleur bleue était rare et sacrée. Et par conséquent, très prisée et demandée. Et c’est principalement en se servant de poudre de lapis-lazuli et de poudre d’azurite que les peintres réalisaient de magnifiques bleus. Or, le lapis-lazuli étant plus onéreux, l’azurite avait la préférence des peintres. Et pour revenir à notre ami Giotto, qui devait recouvrir toute une chapelle de fresques et utiliser une quantité phénoménale de bleu, c’est aussi la poudre d’azurite qu’il a choisie.

des oeuvres qui s’oxydent

Mais le hic dans tout ça, c’est que l’azurite est un dérivé du cuivre. Et par conséquent, elle s’oxyde! Effectivement dit comme ça, maintenant, ça nous paraît évident. L’azurite, en présence d’air et d’humidité, réagit et se transforme en …malachite! C’est ce qu’on disait plus haut, azurite et malachite, même composition chimique, mais degré d’oxydation différent.

oxydation du cuivre

C’est donc pour cela que de superbes chefs- d’oeuvre voient leur bleu se “dégrader” naturellement en vert. Autrement dit leurs pigments d’azurite qui se transforment en malachite, comme sur les fresques de Giotto.

une roche stabilisée

C’est aussi pour cette raison que les azurites sont habituellement “stabilisées” avec une résine. Autrement dit, il est fréquent d’enrober les pierres d’azurite d’une résine spéciale pour que leur couleur perdure dans le temps. Elles ne sont d’ailleurs pas les seules. Citons par exemple la turquoise qui fait également partie de ces pierres dont la couleur ne résiste pas sans stabilisation.

Cette célèbre anecdocte de gemmologue provient d’un excellent livre, “Joyaux et pierres précieuses” édité chez Larousse. D’ailleurs, ça me donne une idée. Et dans un prochain article, je vous ferai une petite revue des livres autour des pierres et de la gemmologie, ça vous dit?

Azurite-Malachite, mon conseil de sélection

Tout d’abord, comme pour toutes les pierres ayant plusieurs couleurs, regardez bien chacune des couleurs séparément.

De plus, pour les pierres de grande valeur, l’intensité des couleurs est également importante.

Ici pour l’azurite-malachite, les trois couleurs principales sont le bleu-azurite, le vert de la malachite, et le noir. Les motifs doivent être nets et la limite entre chaque couleur bien démarquée.

cabochon en poire d'azurite-malachite

Conseils aux artisans créateurs

J’attire vraiment votre attention sur le fait que l’azurite-malachite est une pierre tendre. En effet, sa dureté est seulement de 3 sur 10 sur l’échelle de Mohs. Par conséquent, c’est une pierre très fragile à la rayure.

De plus, c’est une roche friable. C’est pour cela que toutes les pierres vendues subissent un traitement pour à la fois stabiliser la couleur de la roche, mais aussi renforcer sa solidité.

Ce traitement doit être une résine polymère incolore et de qualité. Et surtout méfiez-vous des résines teintées, car il serait dommage de “gâcher” une roche ayant de si belles couleurs naturellement !

superbe azurite-malachite

Se plonger dans l’observation des roches d’azurite-malachite constitue un véritable délice. En effet, les motifs sont tellement variés et chaque pierre si différente! Sans oublier que ce duo de couleurs, vert et bleu, est également celui de notre belle planète Terre.

D’ailleurs, chaque cabochon d’azurite malachite me rappelle les magnifiques photos de la Terre vue du Ciel prises par Yann Arthus Bertrand. Pas vous?

Laisser un commentaire